Vous vous dites peut-être que ce n’est pas logique comme question. Pourtant, c’en est une de très bonne. En effet, selon les enquêtes menées par les chercheurs de l’Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale, il s’avère qu’il existe une personne sur cinq qui souffre de dépression au cours de sa vie et cela est dû en majeure partie à… notre intestin. Mais comment est-ce que les microbes peuvent contribuer à notre bonheur ? Guérir les troubles digestifs donc c’est chercher des remèdes aux troubles dépressifs ? Pour vous éclairer ce sujet, voici un article zoom sur le lien entre le microbiote intestinal et le bonheur. 

La recherche à ses origines

C’est dans les années 70 que les recherches sur la dépression ont commencé. Selon les scientifiques de ces temps, il existe 2 types de dépression, d’abord celle issue des événements extérieurs et qui ont des impacts psychologiques atroces et celle causée uniquement par des dérèglements biologiques intérieurs. Mais cette distinction a été ignorée de nos jours. 

C’est de là que ressort la recherche sur le lien qui peut exister entre les micro-organismes tels que les bactéries, les virus, les champignons et les parasites contenus dans le corps humain et notre organisme. Les microbes de notre système digestif sont non nocifs et c’est ce que l’on appelle « microbiote intestinal ». Cela peut sembler bizarre mais scientifiquement nous offrons une protection ces milliards de minuscules organismes vivant en nous et en retour ils nous assurent un bon fonctionnement de certaines de nos fonctions vitales. 

La recherche a démontré que le microbiote intestinal n’aide pas uniquement à améliorer la digestion mais également notre santé mentale. Notre intestin est l’organe qui entre en communication permanente avec notre cerveau. De nombreuses hormones y sont secrétées. 

L’expérience proprement dite

L’expérience de l’INRA a été faite sur des souris vivant dans un endroit stérile et isolé des micro-organismes. En leur transférant le microbiote intestinal d’un individu dépressif. Du coup, les souris ont changé soudainement de comportement et il s’en est observé de la fatigue, du stress et d’auto-mutilation. Pour les guérir, on leur a administré des probiotiques qui ont efficacement diminué les états anxieux et dépressifs de ces souris. 

Bref, bien manger pour être heureux !

Bien que ce lien existant entre le microbiote intestinal et les hormones de la bonne humeur ne fait pas encore le consensus au sein des corps médicaux et de la communauté scientifique, il s’en est vérifié que bien manger contribue majoritairement à nous donner et redonner le goût de vivre, le bonheur. Une autre analyse de l’Inserm et de l’Université de Montpellier vient en fait appuyer cette étude. Publié dans « Molecular Psychiatry », il s’en est sorti que le régime alimentaire de plus de 36 000 personnes testées met en évidence une forte corrélation entre leur alimentation et leurs comportements dépressifs. 

En effet, plus une personne adopte un régime méditerranéen riche en fruits, légumes, poissons et céréales, moins elle risque de dépression. Et outre que la dépression, le microbiote intestinal aurait aussi un rôle dans la guérison de certaines maladies telle que les maladies intestinales inflammatoires, les problèmes de surpoids, le diabète, certains cancers, etc. Reste à attendre les essais cliniques pour en tirer des conclusions définitives.